Publications


Chantal Bernard et Janny Mager

Pour consulter un extrait cliquer ici

Lier la Couleur et l’Être humain

Trois artistes, trois chercheurs, et le mystère de la couleur

Johann Wolfgang von Goethe 1749-1832

En plus de la multiplicité d’expériences proposées dans son Traité des couleurs, Goethe y dévoile une méthode révolutionnaire pour approcher les phénomènes colorés, une méthode qui intègre l’observateur dans l’expérience. Prenant ainsi l’attitude inverse de nombre de scientifiques qui considèrent l’observateur comme subjectif, donc sujet à l’erreur, il lui redonne sa place et en fait un remarquable moyen de connaissance.

Rudolf Steiner 1861-1925

Trouvant dans la méthode d’investigation goethéenne les éléments fondateurs d’une nouvelle théorie de la connaissance Rudolf Steiner va : « Chercher strictement dans le monde des sens l’objet unique des sciences ». Parmi ses nombreux champs d’investigation, il donne une place privilégiée à la recherche de la nature sensible-suprasensible de la couleur dans son lien avec l’être humain, révélant ainsi une large part des mystères liant ces deux entités.

Parallèlement à leurs travaux comme hommes de science, Johann Wolfgang von Goethe et Rudolf Steiner ont aussi développé une œuvre artistique conséquente. Tous deux ont peint, dessiné, écrit des poésies et des pièces de théâtres.

Liane Collot d’Herbois 1907-1999

Comme peintre, mais aussi comme chercheur, Liane Collot d’Herbois ajoute une nouvelle dimension à la recherche de ces géniaux prédécesseurs. Sa connaissance intime des lois agissant à l’arrière-plan de l’apparition de la couleur lui permet la création d’une nouvelle manière de peindre. Sa connaissance intime des mêmes lois agissant à l’arrière-plan de notre constitution lui permet la création d’une nouvelle manière de soigner, à partir de la couleur.

Steiner disait que la théorie des couleurs de Goethe ne serait : « comprise que plus tard (…), peut-être seulement dans la deuxième moitié du 20° siècle ou même la première moitié du 21°siècle. »

Nous y voilà, et ce que Rudolf Steiner et Liane Collot d’Herbois y ont ajouté est probablement moins connu et peut-être aussi peu compris. Tous trois apportent pourtant quantité de nouveaux éléments de réponse à une question qui devient des plus essentielle à notre époque, celle de notre relation au monde, et ceci par le biais de la couleur.

Une traduction en anglais sera bientôt disponible.

Diagnostic et thérapie Collot

Pour appréhender les raisons pour lesquelles nous tombons malades il est indispensable de comprendre pourquoi et surtout comment nous restons en bonne santé. L’utilisation populaire du mot « tomber » comporte d’ailleurs une certaine sagesse dans la mesure où, nous allons le voir, la santé, tout comme la marche, est le résultat d’un équilibre toujours renouvelé.

Pour nous aider dans ce cheminement nous aurons recours à des connaissances issues de la vision du monde et de l’être humain de Rudolf Steiner.

Nous découvrirons dans une première partie comment la constitution humaine est basée sur une triple organisation -que nous appellerons : tripartition- et fonctionne selon des lois précises que nous apprendrons à reconnaître.

La deuxième partie sera consacrée à l’étude de la nature quadripartite de l’être humain selon ses différents constituants spirituel, animique, éthérique et physique, dans leur relation avec les éléments et les règnes de la Nature.

Nous reprendrons ensuite, de manière un peu différente que dans notre première étude, la première partie de la conférence de Rudolf Steiner donnée le 11 février 1923. Son étude permettra un élargissement conséquent de notre conception de la nature humaine et de ses tendances à aller vers la pathologie à partir de deux notions essentielles : « formations étrangères » et sorte de « phtisie congénitale ».

Car, pour reprendre d’une autre manière ce que nous venons de dire en parlant de la santé, la maladie est toujours l’expression d’un déséquilibre, excès ou manque, au niveau de processus qui maintiennent par ailleurs l’être humain en santé.

Chantal Bernard

Une traduction en allemand sera bientôt disponible.

LE CONTE
Il était une fois… l’Homme
Notre histoire, notre réalité

Les frères Grimm, en rassemblant les créations orales et populaires des pays européens, puis en les proposant sous forme de contes, ont sauvé de l’oubli des trésors de sagesse.

Car ces contes illustrent de manière quasi magique, mystérieuse et belle, la nécessité dans laquelle nous sommes de transformer notre nature et d’évoluer. Et, avec beaucoup de sagesse et d’humour ils décrivent les multiples embûches que nous y rencontrons ainsi que la manière dont nous pouvons les surmonter.

Cette étude nous convie à une découverte à la fois ludique et imagée des épreuves que nous rencontrons en suivant nos penchants ainsi que la manière dont nous pouvons les résoudre. Elle aide également au dévoilement de la constitution humaine dans toutes ses dimensions et dans toute sa complexité. Elle propose une nouvelle approche d’une dizaine de contes des Frères Grimm et de quelques autres, en ajoutant à la manière ancienne, basée sur le sentiment, la mémoire et le symbole, une autre, basée sur le bien le plus précieux de notre époque, la connaissance.